En un clic

Chenilles processionnaires

Imprimer (nouvelle fenêtre)

Chenilles processionnaires

La présence de la chenille processionnaire devient de plus en plus préoccupante dans notre région. 

La chenille Thaumetopoea est un papillon nocturne de la famille des Notodontidés. Cette chenille est connue pour son caractère urticant et par le fait de son déplacement en procession au cours du printemps. L'espèce est surtout fréquente autour du bassin méditerranéen et le long de la côte atlantique mais elle a traversé la Loire et a tendance à progresser vers le nord.

Ces chenilles se nourrissent des aiguilles de certains conifères (pins et cèdres) et les défoliations qu'elles causent compromettent gravement la santé des arbres.

Déplacement de ces chenilles

Cycle biologique

Manchon de chenilles

La durée de vie de la chenille est d'une année :

  • Juin à septembre, en fonction du climat,
    les femelles papillons cherchent un pin pour y
    déposer 200 à 300 œufs, sous forme de manchon,
  • Octobre à novembre, l'éclosion des œufs donne des
    chenilles qui vont muer 3 fois.
    Les jeunes tissent un nid pour y passer la journée.
    A la quatrième mue, elles construisent un grand nid
    d'où elles sortent pour s'alimenter la nuit, toujours en
    procession le long d'un fil de soie.
  • Février à avril-mai, une femelle conduit les chenilles
    toujours en procession pour aller s'enfouir dans le sol
    et s'y transformer en chrysalides.

En fonction du climat, la température et l'hygrométrie, la chrysalide se transforme en papillon. Mâle et femelle reprennent un nouveau cycle et s'accouplent. La femelle va pondre un manchon d'œufs sur les feuilles de pin et 30-45 jours après apparaissent des petites chenilles.

Intoxication

  • la chenille vit une seule année, le stade papillon mâle et femelle ne dure que quelques jours et seulement pour se reproduire,
  • la période la plus urticante se trouve d'avril à juillet en fonction des climats et des régions,
  • les poils, les nids peuvent conserver leurs caractères urticants longtemps, pendant 1 à 2 années,
  • le fait de manipuler une branche avec un nid sans la toucher peut provoquer des irritations.

Symptômes chez l'homme

Les symptômes sont variés et ils sont dominés par le caractère inflammatoire et prurigineux.

  • Peau : éruptions douloureuses avec démangeaisons intenses (pires qu'avec l'ortie) surtout au niveau des peaux fines. La sueur et le grattage favorisent la dissémination des urticants.
  • Yeux : conjonctivite douloureuse et larmoyante.
  • Inhalation : l'irritation respiratoire se manifeste par des maux de gorge, difficultés de déglutition et de respiration.
  • Ingestion : hyper salivation, des vomissements et des douleurs abdominales.

Dans tous les cas, contacter le médecin ou les services d'urgences.

Symptômes chez les animaux

Les symptômes observés concernent surtout les chiens :

Celui-ci touche, renifle et/ou lèche la chenille. Cela provoque des enflures des babines, salivation importante, envie de déglutir, tuméfaction de la langue avec pertes de quelques lambeaux de chair et nécrose au bout de 24-48h pouvant aller jusqu'à l'amputation.

C'est une maladie grave et urgente, contacter votre vétérinaire.

En conclusion

  • Surveiller les arbres de votre jardin s'il y avait des nids de chenilles,
  • Si c'est le cas, renseignez-vous auprès des professionnels ou de la Mairie avant de détruire par vous-mêmes les nids,
  • Si vous décidez de le faire, munissez-vous d'un masque, de gants, de lunettes et de combinaison jetable car les urticants peuvent s'y accrocher et rester actif longtemps,
  • Brûler les branches ou employer des méthodes écologiques ; pièges à chenilles (il y en a de plusieurs types), glue autour des arbres, traitement par des bacilles,
  • Malgré tout ce que vous faites, sachez que les chenilles peuvent revenir l'année suivante car il y a les fameux nids dans le sol qu'il faut repérer et détruire